La France décroche... et c'est sérieux

Publié le par @bpdtrading

La France décroche... et c'est sérieux

Ceux qui me connaissent savent que je me refuse toujours à tomber dans un catastrophisme de bon aloi sur les marchés financiers. Et puis, la place est déjà suffisamment encombrée par des diseurs cathodiques de bonne aventure financière qui prédisent apocalypse et armaggedon, dans le même souffle, dans la même phrase, et avec le regard impatient et torturé de l'amoureux éconduit.
Mais ce qui se passe sur les marchés est suffisamment lourd pour être noté.

Le spread de performance entre le CAC et le DAX a subitement explosé depuis la deuxième quinzaine de janvier, avec un CAC qui ne trouve plus de relais parmi les investisseurs internationaux. Jusque-là rien de très inquiétant, après tout seuls sont intéressés les gérants franco-français qui pleurent leur futurs bonus envolés et les courageux (mais rares) investisseurs focalisés sur le marché français.

La France décroche... et c'est sérieux

Depuis plusieurs mois, les deux indices cousins (-germains) se suivaient logiquement comme on le voit dans le graphique ci-dessus. Mieux, le CAC surperformait le DAX (notamment en raison du poids des financières et des pétrolières). Le DAX est en bleu et le CAC en rouge.

La France décroche... et c'est sérieux

En zoomant sur janvier, le décrochage est clair, patent et lourd de sens. Le CAC n'a pas suivi les sommets historiques des indices américains et aura laissé le rallye au seul DAX. Plus personne ne se précipite pour acheter des actions françaises.

La France décroche... et c'est sérieux

Le graphique ci-dessous montre le Bund et le FOAT, les contrats futures des obligations allemandes et françaises.
Là, le décrochage est encore plus inquiétant. En effet, alors que le premier ne concerne guère que quelques investisseurs courageux, cette situation, si elle perdurait, voire s'approfondissait, aurait des implications lourdes, coûteuses et potentiellement ravageuses pour notre pays.
Les investisseurs internationaux ne veulent plus jouer avec les nuits agitées: Brexit, Trump et Référendum italien auront eu raison de leurs nerfs. Ils ne sont clairement plus prêts à payer pour voir. Dans le doute, face à l'incertitude d'une élection présidentielle à venir, ils se retirent. Tout simplement.
Les taux d'emprunts français se tendent et avec une dette abyssale, la situation risque de se compliquer sérieusement pour le nouveau locataire de l'Elysée.

A suivre donc et à surveiller, calmement, mais avec grande attention. On ne va pas commencer à crier au loup juste pour se joindre à la meute.

Bernard Prats-Desclaux

Commenter cet article

marc 02/02/2017 21:57

Bonsoir Bernard pour cette ''simple'' alerte qu'il convient de prendre en considération. Pour les investisseurs il conviendra aussi de se rappeler le contenu des fonds euro des assurances-vie (obligations++) et de la loi Sapin 2 votée en toute discrétion pouvant autoriser le blocage temporaire de celles-ci en cas de grave crise financière. Il est peut-être plus sage de limiter les fonds euros et d'avoir un compte titres. Un rendement de 7% (donc 3% après prélèvements fiscaux est accessible à des investisseurs un tantinet rigoureux et garantit éventuellement la disponibilité de nos liquidités.

@bpdtrading 02/02/2017 22:06

On peut même faire mieux ;-)

Marc 02/02/2017 15:05

Oui, je suis encore beaucoup plus inquiet !!! Merci Bernard de zoomer sur le BUND. Bonne fin de journée. Même la météo s'en mêle ils annoncent une tempête sur la moitié nord ...

@bpdtrading 02/02/2017 15:59

Tjs un plaisir. Ici aussi la météo devrait virer au noir... On manque d'habitude pourtant