Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

BPD Trading

Humeurs de Marchés #Bourse #Trading

Des marchés irrationnels? Nous avons un devoir de pédagogie envers les investisseurs

Bonjour à toutes et tous,

Si vous écoutez les médias spécialisés en économie, finance et bourse, vous tomberez tôt ou tard sur un gérant qui tente de vous expliquer, a posteriori, le pourquoi du comment les marchés baissent. Généralement, le professionnel s'exprime avec le regard bas, la mine triste et semble quelque peu agacé. Généralement aussi, il va pester contre la psychologie des marchés, le comportement moutonnier des opérateurs, voire les effets techniques (ah les fameux effets techniques que l'on invoque lorsque l'on ne comprend plus les mouvements de marchés)… Pourtant, il a raison. Sauf que lorsque le bull market donnait le sourire à ses clients, le gérant de fonds ne prenait pas ces facteurs en compte, se contentant, pour la grand majorité, de se concentrer sur les fondamentaux (micro et macroéconomie). 

Les marchés seraient donc rationnels sur les hausses et irrationnels sur les baisses? 

Absolument pas. L'essentiel des fluctuations des marchés découle non pas de données rationnelles, mais de biais de comportement sur des lectures de données rationnelles. Subtile mais cruelle et cruciale différence.
 

L'agacement du gérant est normal. Ses clients téléphonent de manière plus ou moins agressive depuis quelques semaines. Des sorties de fonds se réalisent alors que la fin d'année approche. D'autres clients le harcèlent déjà pour repasser à l'achat (si tout allait bien hier, pourquoi ne pas acheter 10% plus bas?). Dans tous les cas, le professionnel est soumis à une extrême pression.

Le travail d'un gérant est -relativement - facile lorsque les marchés montent. Il doit essayer de surperformer son benchmark (indice de référence), mais ce n'est pas un immense stress. Par contre, lorsque les marchés s'agitent, deviennent fébriles, lorsque la volatilité s'amplifie, tout devient plus compliqué. La pression peut vite vous faire dérailler. L'atmosphère devient vite étouffante et ceux qui réussissent à gérer avec le plus de raison ces périodes, sont remarquables.

C'est ce que j'ai connu lorsque je travaillais à Genève. avec une différence notable, je travaillais dans la gestion alternative et dans une case spécifique qui est l'Absolute Return. C'est à la fois beaucoup plus de responsabilité (obligation de réaliser de la performance positive dans toutes les conditions de marché) et beaucoup plus de liberté (choix des outils, techniques et absence de benchmark).

Ce que l'on peut trouver anormal, voire agaçant, c'est de voir que les gérants, les professionnels en général, semblent ne jamais rien apprendre du passé. Je n'ai pas d'explication claire, sinon les classiques: effets moutonniers, psychologie de foule…

Je ne ferai pas l'injure à ces gérants de croire ce qu'ils disent. Chacun doit, et c'est logique au final, se défendre. Mais expliquer, former et informer l'investisseur devrait prévaloir sur tout le reste.

S'adresser à son intelligence plutôt qu'à ses émotions (peur aujourd'hui, cupidité -rationnelle- hier, devrait tous nous guider, nous professionnels de la finance. Démocratiser la bourse peut et doit être un objectif.

Pour finir, la baisse actuelle est tout sauf une surprise. Depuis novembre 2017, et ce pour la première fois depuis août 2015 (je suis loin de faire partie de la secte ésotérique des "permabears"), l'analyse de marché indiquait une fin de cycle. Contrairement à 2015, la technique (Cycle complet démarré en mars 2009 abouti) laissait entrevoir une longue phase de distribution, (un longue zone de latéralisation, un grand classique) avant une sortie par le bas.
Ces analyses ont été enregistrées, je l'ai aussi publié dans la prospective 2018 pour E-Winvest. Bref, tout sauf une surprise. Ceux qui espéraient une accélération par le haut essayaient de jouer un scénario à faible probabilité (moins de 15% de chances).

On pourra revenir dans un autre article sur les raisons ou les éléments annonciateurs de cette crise. Mais ce sont les mêmes, ceux que l'on apprend dans toutes les bonnes écoles, les bonne formations. La Bourse répète inlassablement les mêmes comportements (malgré les algorithmes et le trading haute-fréquence), avec quelques nuances qu'il faut savoir décrypter. Dans le cas actuel, la différence principale était la longueur de la zone de distribution et les grosses divergences inter-marchés.

Bon trading à tous et soyez prudents
Bernard @bpdtrading

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Luismi Marco 31/10/2018 15:42

Un très bon article, il révèle de nombreuses mauvaises habitudes du monde des professionnels de la finance. et c'est le particulier non averti qui est au de la chaine, il faut en effet se former !!

@bpdtrading 05/11/2018 09:48

Merci
Et aussi prendre son temps en ne croyant pas aux martingales, faiseurs de rêves et autres comètes médiatiques et "stars" des réseaux sociaux, qui font l'actu puis disparaissent. J'en ai vu des dizaines durant ces dernières années.