Interview - Alain, Trader - Partie1

Publié le par Zenitud

Bonjour,
Pouvez-vous résumer rapidement votre cursus avant de devenir trader?


Bonjour, et merci de m'avoir proposer cette interview.
En fait, je suis devenu trader un peu par hasard. C'est un copain qui m'a fait découvrir le trading à la fin des années 90, pendant la bulle internet. J'avais un métier stable et quelques économies. J'ai commencé comme ça. Puis rapidement je me suis pris au jeu.

Votre réussite en trading a-t-elle été immédiate? Quelles épreuves avez-vous traversées?

Oui, ma réussite a été immédiate. Dès la première année, j'ai réussi à gagner plus avec le trading qu'avec mon salaire. Pourtant, je ne pouvais pas suivre les marchés toute la journée. Je me contentais de ce que je pouvais.
Mais la suite a été moins glorieuse. Avec le recul, je pense que je me suis vu plus beau que je ne l'étais en réalité. Je pensais que mes gains provenaient de mes talents alors qu'il suffisait de prendre une fléchette, de viser les yeux fermés, et de toucher le centre de la cible, à tous les coups ou presque. Quand les marchés ont commencé à se retourner, je n'ai rien vu venir, et j'ai continué à trader de la même manière. Je me suis alors entêté, j'ai fini par reperdre la totalité de mes gains précédents et plus encore.
J'ai alors dû faire face à une grande décision: soit je stoppais tout, soit je me décidais à aborder les marchés de manière professionnelle. Le plaisir initial du jeu avait laissé la placé a un réel intérêt pour les marchés. J'ai donc décidé de franchir le pas et de me lancer.

Comment avez-vous réussi à franchir le palier, ou les paliers successifs, entre trading perdant et trading gagnant?

Beaucoup de recherches, des lectures. Des périodes de découragement mais aussi des satisfactions quand je voyais le travail mis en place qui commençait à payer. Au final, il m'a fallu plus d'un an pour véritablement commencer à générer des gains de manière régulière et pour supprimer les grosses pertes qui détruisaient mon compte et mon moral.

Comment qualifiriez-vous votre style de trading?

Je trade essentiellement en suivi de tendance sur des périodes allant de un à plusieurs jours. C'est la périodicité qui me convient le mieux. L'intraday pur n'est pas fait pour moi, le scalp encore moins. Puis je connais très peu de scalpeurs qui réussissent à s'en sortir sur longue durée. Ce sont des exceptions.

Sur quels marchés intervenez-vous?

Je travaille essentiellement sur le Forex et le marché des futures indices et matières premières.

Quels outils utilisez-vous pour intevenir sur les marchés?

J'aime pas trop les usine à gaz ou les systèmes automatiques. Ma réflexion principale porte toujours sur comment alléger au maximum les paramètres d'aide à la décision. Ainsi, je pourrais vous dire presque de manière provocatrice que mes prises de décision se basent sur les prix, un point c'est tout. Tous les indicateurs ne sont que des produits dérivés des prix et des volumes. Un trader attentif doit donc pouvoir lire dans les prix tout ou à peu près.
Plus sérieusement, je base mon trading sur les cycles et les vagues. Quand j'ai trouvé une tendance, je m'efforce de me laisser porter. Je ne sais jamais ce que va faire le marché. je ne suis pas astrologue. C'est le marché qui décide. Ceux qui ont l'ambition de vouloir imposer leur volonté au marché se trompent de métier je pense.

Comment gérez-vous le risque? Et la gestion du risque est-elle un élément essentiel de votre trading?

Je me suis beaucoup investi, sans jeux de mots, sur la gestion du risque. C'est certainement l'élément clé qui m'a amené à progresser et à réussir. A mes débuts, je n'avais aucune notion. Le mot "risque" ne figurait pas dans mon vocabulaire, le mot "gestion" non plus d'ailleurs.
Aujourd'hui, j'applique une gestion du risque très stricte, très élaborée, qui dépend de nombreux critères. Selon le trade que j'ouvre, j'ai déterminé un risque prélable en fonction du taux de réussite historique mais aussi en fonction des réussites (ou échecs) précédentes. Autant j'ai simplifié la prise de décision technique (pour revenir à une des questions précédentes), autant je travaille avec une ensemble assez complexe au niveau de la gestion du risque.

La suite rapidement...
 


Publié dans Interviews

Commenter cet article