Interview - Alain, Trader - Partie2

Publié le par Zenitud

Comment réagissez-vous lorsque le stop loss est déclenché?

J'évite d'y penser d'abord. Comme il m'arrive souvent de gérer plusieurs positions en même temps, un déclenchement de stop ne doit pas venir me perturber dans mon trading. Ensuite, j'ai compris que le déclenchement du stop représentait seulement l'activation de la protection de mon capital. Vu sous cet angle, il est plus facile d'accepter l'echec du trade. J'ai beaucoup apprécié tout ce que vous avez écrit sur les pertes et leur gestion. Je m'y retrouve beaucoup.

J'imagine que comme la plupart des traders vous connaissez des périodes fastes et des périodes plus délicates. Comment gérez-vous cette alternance de périodes?

J'essaye d'être le plus régulier possible. Mais il est exact qu'en fonction des stratégies choisies et des périodes de marché, mon trading va être plus ou moins profitable. Là c'est l'expérience qui parle tout simplement. Je n'ai aucune raison d'être inquiet tant que je respecte mon plan de gestion du risque et que j'applique des entrées étudiées et récurrentes. Là où je pourrais commencer à m'inquiéter c'est si je venais à oublier le risque inhérent à ce métier. C'est pour cette raison que je me méfie plus des périodes de gain que des périodes de perte. Quand je suis en gain, je fais bien attention à ne pas "prendre la grosse tête". Je trade et le marché réagit bien à mes entrées, j'applique bien mes règles. un point c'est tout. J'évite de m'impliquer émotionnellement dans ce que je fais. Je ne veux pas, surtout pas, commencer à croire, que je suis subitement devenu invincible. Toute l'histoire des marchés montre que c'est le début de la fin. Tous les raisonnements de ce type ont conduits des traders à la faillite depuis des décennies.

Justement, comment réussissez-vous à gérer vos émotions pendant les trades?

Il m'est difficile de rester "tendu" et "stressé" pendant mes trades étant donné que les positions durent plusieurs jours la plupart du temps. J'essaye donc de faire abstraction des positions ouvertes quand je ne suis pas devant mes ordinateurs. Puis le trading reste un moyen essentiellement "alimentaire". C'est un métier, un plaisir. Mais ma vie ne tourne pas autour. J'arrive à couper facilement, à me débrancher. Ce n'est pas un problème pour moi.

Avez-vous le souvenir d'un trade qui vous aurait fait comprendre un élément clé et permis de progresser?

De plusieurs en effet. Mais un tout particulièrement. J'avais décidé de prendre position sur l'euro début 2004 sur la base d'analyses convergentes qui indiquaient toutes que l'euro était surévalué. J'étais rentré vers 1.1830 il me semble. Juste avant que le marché ne s'emballe en direction des 1.36 (mais j'avais coupé bien avant évidemment). Je ne dirai pas combien j'ai lâché sur ce coup. Mais depuis j'ai appris à ne plus écouter ce qui se disait sur tel ou tel marché. Cette leçon aura été profitable au final. Les conseilleurs ne sont jamais les payeurs. Et je me méfie énormément de ceux qui expliquent ce qu'il faut acheter ou vendre... sans le faire eux-mêmes.

Quel conseil donneriez-vous à un débutant ou à un trader qui peine à trouver de la régularité?
Déjà ne pas croire ceux qui expliquent que le trading est facile. Si j'ai accepté de répondre à l'interview, c'est parce ce qui est écrit dans ce blog met en garde les débutants. Et c'est une bonne chose. Ensuite, un trader doit prendre conscience qu'il va devoir gravir une montagne, une montagne dont il ne peut pas percevoir le sommet. Donc au-delà des compétences particulières, des qualités individuelles, je crois qu'il faut s'armer d'une grande dose de courage et de volonté pour réussir en trading.


------------------------------------

Interview réalisé en MAI 2008 par échange de mails.

bon trading à tous.



Publié dans Interviews

Commenter cet article