Les dangers de la subjectivité

Publié le par Bernard Prats-Desclaux

 

Comment peut-on rester objectif dès lors que l'on a ouvert une position sur les marchés financiers. Un investisseur ou un trader a tendance à "penser plus haut et plus cher" quand il a ouvert une position longue*, et à "penser plus bas et moins cher" lorsqu'il a ouvert une position short*.

Le manque d'objectivité, l'absence d'écoute des signaux de marché, sont deux erreurs à gommer.

 Investing.PNG

 

Un exemple relaté par le Dr Richard Peterson est largement significatif à cet égard. Lors d'une conférence, il a distribué des stylos aux participants. Seulement la moitié de l'assistance a reçu les stylos. Il s'est alors adressé à ceux qui avaient reçus les stylos pour leur demander les prix qu'ils en demandaient pour les céder à l'autre moitié. Il a également demandé à ceux qui n'avaient pas reçus de stylos à combien ils estimaient le prix des stylos. Les acheteurs en proposaient $1,35 tandis que les vendeurs voulaient $8,80 (entre 3$ et $15).

 

Comment comprendre cette anecdote si ce n'est qu'un "propriétaire" (l'offre) surévalue généralement son bien et, qu'à l'inverse, un acheteur (demande), cherche la plupart du temps à faire baisser le prix avant de décider du passage à l'acte. 

Prendre en compte cet aspect psychologique dans l'acte commercial, dans l'acte spéculatif, est essentiel à la compréhension des mouvements de marché mais aussi, et surtout, à une saine gestion de ses positions.


Une fois qu'une position a été ouverte, le trader/investisseur va chercher à optimiser son échange en vendant plus cher (ou en rachetant moins cher ce qu'il a vendu à découvert). Ce sentiment, à la fois rationnel et instinctif, peut devenir un frein à la réussite dans le choix de ses décisions.


Comment éviter de tomber dans le travers qui consiste à tomber amoureux d'une transaction qui performe en refusant de la céder pour en espérer toujours plus? Comment éviter de refuser de se déjuger (se déjuger revient à remettre en cause sa propre perception, son échec donc, lors de la prise de décision) en ne cédant pas rapidement une transaction qui génère une perte? Comment réagir après avoir vu un gain virtuel se transformer en perte virtuelle?


Autant de décisions rationnelles à prendre dans un environnement où les émotions nous perturbent nécessairement. Pour éviter d'être submergé par ses émotions après une ouverture de position, le trader/investisseur doit se référer à son de plan de trading ou d'investissement.


Un plan est un scénario qui va prévoir, à l'avance, tous les scénarios possibles, et les moyens d'action, réfléchis et rationnels, qui y seront opposés. Rien ne peut, et ne doit, être laissé au hasard. Le trader/investisseur devient un simple exécutant d'un ensemble de décisions prises à froid, en dehors du contexte et de l'instant présent.


Les points d'invalidation seront strictement écrits et formalisés, les points de sortie préétablis. Les montants de capitaux investis seront définis de manière stricte afin de ne jamais mettre en péril un pourcentage déterminé de son capital. Chaque action possible et imaginable (entrées fractionnées, sorties fractionnées, ajouts...) est écrite à l'avance.


ROULEMENTS-MECANISMES2.PNG

L'important, une fois la scénario établi et la position ouverte, est que le trader/investisseur n'ait plus qu'à exécuter froidement le plan établi, gravé dans le marbre. Les émotions positives (greed) ou négatives (fear) n'ont rien à faire dans un acte aussi rationnel qu'un investissement. Elles ne sont qu'un frein à la réussite du plan. Une fois le plan décidé, le trader/investisseur laisse donc ses émotions de côté et applique ses règles. 

Il doit donc développer l'indispensable discipline et la rigueur nécessaire à sa réussite. Sans cela, s'il laisse ses émotions reprendre le dessus, même une fois, il ne parviendra jamais à devenir un trader/investisseur efficace et gagnant sur les marchés. Comme un AA repenti, le premier verre est toujours celui qui vous fait retomber du mauvais côté de la barrière.

 

* Une position longue (être long) signifie être acheteur tandis qu'être short signifie être vendeur à découvert d'un actif financier.

Publié dans Trading

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article